Jouets éducatifs Natureich pour petits et grands - Partie 2 : Prévenir la démence numérique chez l'adulte

Démence chez les personnes d'âges différents

La démence est une maladie dans laquelle les performances mentales sont progressivement perdues. Cette maladie est particulièrement répandue sous forme de démence sénile chez les personnes de plus de 65 ans. La forme la plus courante de démence est la maladie d'Alzheimer, dans laquelle les cellules du cerveau meurent, en particulier à un âge avancé, ce qui entraîne une réduction des capacités cognitives.

Mais il n'y a pas que les personnes âgées qui sont touchées par la démence. La démence peut également survenir chez les personnes d'âge moyen ou les jeunes. La perte de performance mentale peut être causée par divers mécanismes. Dans la démence primaire, les cellules du cerveau meurent pour diverses raisons. Dans les démences secondaires, la démence survient à la suite d'une maladie sous-jacente telle que la dépression, une carence en vitamines ou une infection. Cependant, notre comportement et nos habitudes de tous les jours ont également une influence sur le fait que nous développons ou non une démence et sur la gravité de la maladie.

L'influence de nos habitudes sur le développement de la démence

Certains facteurs de risque, tels que le tabagisme, une alimentation malsaine et un mode de vie sédentaire, peuvent augmenter le risque de développer une démence. Des activités telles que le jogging cérébral, les exercices d'habileté, l'activité physique, la prise de conscience de divers stimuli sensoriels et l'apprentissage de nouvelles choses peuvent, d'autre part, contrer la démence.

Dans le premier article de cette série sur la démence, nous avons décrit que le cerveau peut être entraîné comme un muscle par divers stimuli sensoriels. Recevoir différents stimuli et faire face à de nouvelles tâches favorise la création de nouvelles connexions entre les cellules nerveuses.

Une étude a pu prouver que grâce à diverses activités et à l'entraînement, les performances cérébrales peuvent être maintenues pendant longtemps, même avec des dommages physiques progressifs aux cellules nerveuses. Cela montre que nos comportements et habitudes de tous les jours ont une influence majeure sur le développement de la démence et que la gravité et les conséquences d'une telle maladie peuvent être très fortement influencées par notre comportement.

Le cerveau veut être nourri de stimuli. Si trop peu de stimuli arrivent et sont traités dans le cerveau, les performances cognitives sont perdues et cela peut favoriser le développement de la démence, à tout âge. Mais non seulement la quantité de stimuli est pertinente, mais aussi le type de stimuli que le cerveau reçoit pour traiter.

L'impact des médias numériques sur notre santé

Notre vie quotidienne au 21e siècle est très façonnée par les médias numériques, le travail sur écran et l'utilisation d'écrans tactiles. Ces dernières années, il a été démontré dans diverses études que ces habitudes ont une influence sur notre traitement de l'information et même sur nos performances cérébrales.

En Corée du Sud, il y a quelque temps, on a observé que les jeunes adultes avaient de plus en plus de problèmes de mémoire, d'attention et de concentration. De plus, les gens sont devenus de plus en plus émoussés émotionnellement. Le développement de ces symptômes de type démence chez les jeunes adultes était si préoccupant que des études médicales ont été menées pour déterminer la cause de ce phénomène.

Les médecins de Corée du Sud ont découvert que les adultes étudiés avaient une satisfaction de vie réduite grâce à l'utilisation des médias numériques et que leur capacité à faire preuve de compassion et d'empathie avait diminué. Dans le même temps, il y avait plus de plaintes telles que la myopie, les troubles du sommeil, l'anxiété et la dépression. Des maladies telles que l'obésité, le diabète, une mauvaise posture et les dépendances ont également été retrouvées de plus en plus fréquemment. Dans ce contexte, le terme de démence numérique a été introduit.

Démence numérique chez les jeunes adultes

Les cellules Nev de notre cerveau changent constamment. Ils sont construits, reconstruits et démontés selon l'usage que nous en faisons. De nouvelles connexions sont créées lorsque nous apprenons de nouvelles choses et les anciennes connexions sont rompues lorsqu'elles ne sont plus utilisées.

La façon dont nous apprenons et expérimentons généralement le monde à travers nos sens a un impact sur le traitement de l'information dans le cerveau. Si plus de sens sont adressés, les faits sont traités plus profondément et appris plus rapidement. Le système sensorimoteur joue un rôle particulier. Nous comprenons le monde en saisissant et en touchant les choses.

Lorsque nous ressentons les phénomènes du monde avec nos sens et les percevons le plus intensément possible, cela laisse des traces plus fortes dans notre cerveau grâce à des stimuli plus intenses. Par exemple, nous comprenons mieux et plus rapidement le contenu d'un texte lu si nous passons notre doigt sur le papier pendant la lecture et pointons vers ce qui a été lu. Si nous pouvons toucher un objet, nous nous en souvenons mieux que si nous ne voyons qu'une photo.

Chez les enfants comme chez les adultes, la profondeur du traitement de l'information dans le cerveau est influencée par la façon dont elle est perçue sensuellement. Cela fait l'objet de recherches en psychologie depuis plusieurs décennies. La compréhension sensorimotrice y joue un rôle particulier. Avec les médias numériques, cependant, cette compréhension sensuelle n'est pas possible, car seuls une souris, un clavier et un écran tactile sont utilisés, de sorte que toutes les informations sont identiques pour le sens du toucher. La profondeur de traitement est moindre lors de l'utilisation de supports numériques.

Prévenir la démence numérique avec des jouets analogiques

Des études scientifiques ont montré que l'utilisation intensive des médias numériques peut entraîner des symptômes de démence même chez les jeunes. Dans le même temps, les performances d'attention et de mémoire diminuent et même la substance cérébrale diminue. Étant donné que les ordinateurs et autres médias numériques nous déchargent de beaucoup de travail intellectuel et parce que la perception sensorielle sensorimotrice est très unilatérale, il y a des effets négatifs sur notre cerveau.

Comment contrecarrer ce phénomène ? Avec moins de temps d'écran et plus d'activités dans le monde analogique, dans lequel nous nous entourons et interagissons avec de vraies personnes. Par des activités qui nous interpellent mentalement et par des activités qui font appel au plus grand nombre de sens possible, en particulier notre sens du toucher (habiletés sensorimotrices). Les surfaces en bois sont moins lisses et donc plus variées pour notre orgue tactile que les écrans tactiles et les claviers. Jouer avec nos couleurs Jeu de société Halma fait de bois fait appel à plusieurs sens et apporte de la variété à la vie quotidienne, qui est dominée par les médias numériques. Vous pouvez le commander dans notre boutique.

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés